El rayo que no cesa de Miguel Hernández, une poétique de l'intensité - Université de Perpignan Via Domitia Access content directly
Journal Articles Les Langues néo-latines : revue de langues vivantes romanes Year : 2010

El rayo que no cesa de Miguel Hernández, une poétique de l'intensité

Abstract

El rayo que no cesa (1934-1935) est aux yeux de beaucoup le recueil le plus connu de Miguel Hernández. Il est dédié à sa future épouse, Josefina Manresa, et son titre vient du poème 2, “¿No cesará este rayo que me habita…”. Composé majoritairement de sonnets –l’une des formes poétiques les plus difficiles à manier–, il se veut à la fois poésie amoureuse et réflexion sur l’écriture, métaphoriquement représentée comme une « lumière qui jamais ne s’éteint », une « foudre qui n’a de cesse » et qui naît de l’opposition inéluctable entre douleur et bonheur en amour. Le je poétique exprime une série de contradictions tandis que l’aimée est idéalisée, omniprésente mais inaccessible. El rayo que no cesa est donc le fruit de la crise que traverse le poète, une crise à la fois amoureuse et poétique qui le pousse à composer ce recueil comme un cri déchirant. Nous tenterons à travers cette étude de mettre en lumière les modalités thématiques et stylistiques de cette écriture du déchirement qui s’exprime par une poétique de l’intensité.

Domains

Literature
Fichier principal
Vignette du fichier
El rayo que no cesa de MH, une poétique de l'intensité.pdf (371.02 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03969067 , version 1 (02-02-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03969067 , version 1

Cite

Anne Lacroix. El rayo que no cesa de Miguel Hernández, une poétique de l'intensité. Les Langues néo-latines : revue de langues vivantes romanes, 2010, 355, p. 73-92. ⟨hal-03969067⟩

Collections

UNIV-PERP CRESEM
15 View
57 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More